©Jean-Marie Huron

Le Conseil de développement a présenté sa contribution lors des Assises citoyennes de l’habitat, le mardi 26 mars au sein de l’hémicycle du Pharo à Marseille.
Initiées par la Métropole Aix-Marseille-Provence, au lendemain du drame de la rue d’Aubagne le 5 novembre 2018 dans la cité phocéenne, ces Assises avaient pour but de faire émerger des propositions pour construire une stratégie durable de lutte contre le logement indigne sur l’ensemble du territoire.

Dans le cadre de cette concertation citoyenne animée par Jacques Ansquer, ancien président de la Banque alimentaire des Bouches-du-Rhône et président de Fondalim, le Conseil de développement a été saisi par la Présidente de la Métropole, le 11 février dernier pour formuler des propositions.
Gérard Goninet, président du Conseil de développement, a réaffirmé "son attachement à la prise en compte de l’avis de la société civile dans les politiques publiques ». Il a souligné par ailleurs « tout l’intérêt de ce type de concertation via la plateforme numérique des Assises, permettant de toucher le plus grand nombre de citoyens".
Ce sont tour à tour, Éric Michel, président de la Commission Habitat, Politique de la Ville, Solidarités et Jean-Luc Sidoine, animateur du Groupe de travail Assises/PLH, qui ont présenté les travaux.

Des mesures concrètes à venir
Ils ont insisté "sur l'importance de la prévention et sur la nécessité de traiter les symptômes pour éviter les rechutes". Parmi les propositions avancées : "disposer d’une offre de logement "très" social adaptée aux besoins des habitants de la Métropole, viser davantage de mixité sociale, mettre en place des process avec des objectifs clairs et des moyens en adéquation, enfin initier des projets globaux de quartier comprenant des équipements collectifs, des commerces et des services publics". L’avis du Conseil de développement vient s’ajouter aux 500 contributions, aux 5179 réponses au questionnaire de l’Adil13 et aux centaines d’entretiens auprès des habitants et des professionnels de l’habitat.

D'ores et déjà, la présidente Martine Vassal s'est engagée à concrétiser les mesures suivantes : la création d'une école de la deuxième chance destinée à impliquer les jeunes dans  la réhabilitation de l'habitat, l'édification d'un immeuble « zéro charge », la réalisation du « carnet de bord » sur le bâti, le conventionnement avec la Caisse d’Allocations Familiales dans le but d'étendre la procédure de signalement du logement indigne, l'intervention d'un médiateur pour pacifier les rapports entre locataire et propriétaire.
Prochaine étape pour le Conseil de développement dans les semaines à venir, la présentation de sa contribution sur le Programme Local de l’Habitat métropolitain, avec un focus particulier sur l’habitat indigne.

 

crédits photos:©Jean-Marie Huron